Comment obtenir un prêt ou un crédit ?

Ne pas disposer d'une certaine somme dont on a besoin, tout le monde est passé par là au moins une fois dans sa vie.

Vaut-il mieux emprunter ou désépargner ?

Si vous disposez d'une épargne constituée, peut-être vous posez-vous la question suivante : ai-je vraiment intérêt à emprunter ou vaut-il mieux puiser dans mon épargne ?

Rappelons la règle : L'emprunt n'est préférable que dans l'hypothèse où les taux de crédit sont inférieurs au taux de rendement net de votre placement sur la durée considérée.

Accès rapide : crédit en ligne, mettre ses objets en gage, prêt d'honneur, prêt étudiant à taux zéro, demander à son employeur, avance sur assurance-vie, les proches

Le crédit en ligne

Le crédit est un moyen d'étaler ou de différer le règlement de biens ou de services. Un crédit a pour but de vous aider à réaliser des projets important comme le financement de travaux, de vos études, de vos vacances, d'un mariage, d'un achat conséquent comme le remplacement de votre véhicule ou une acquisition immobilière.

Les organismes de crédit en ligne vous proposent aussi le rachat de vos crédits. L'objectif du rachat de crédit est de regrouper toutes vos différentes créances en un seul crédit avec un taux plus faible, sur une durée plus longue, et ainsi retrouver une capacité d'épargne.

Sélection d'organismes de crédit en ligne :

  • Cofidis

    Cofidis

    Cofidis vous propose un crédit renouvelable de 500 à 6000 €, un prêt personnel de 500 à 35000 € et vous propose des solutions de rachat de crédits. Pas de frais de dossier et la disponibilité immédiate de votre argent dés l'ouverture de votre crédit.

    » Visiter Cofidis
  • Yelloan

    Yelloan

    Yelloan rend le crédit possible aux étudiants, intérimaires, ou CDD en faisant appel à la garantie participative. Pour obtenir un prêt, il faut mobiliser 5 personnes de son entourage pour apporter 5% du prêt en garantie. Cette somme sera récupérée à la fin du remboursement.

    » Visiter Yelloan | » Plus d'infos sur Yelloan
  • Cashper

    Cashper

    Cashper est une société qui propose des mini crédits en ligne de 50€ à 1000€. La demande de crédit est simple et rapide. Il n’y a pas de mensualités de remboursement, vous payez la totalité en 15 ou 30 jours.

    » Visiter Cashper
  • Younited Credit

    Younited Credit

    Créé octobre 2009, Younited Crédit (anciennement Prêt d'Union) est le premier site de crédit collaboratif sans les banquiers agréé en tant qu’établissement de crédit par l’Autorité de Contrôle Prudentiel. Younited Credit vous propose de simuler gratuitement votre projet de prêt, auto, travaux, création d’entreprise, mariage, vacances, etc.

    » Visiter Younited Credit | » Plus d'infos sur Younited Credit

Les grandes étapes du crédit à la consommation

Le crédit conso peut vous permettre de faire face à certaines dépenses. Attention, même si des lois l’encadrent, un prêt personnel, un crédit affecté ou un crédit renouvelable ne se souscrit pas à la légère. Quelles sont les grandes étapes du crédit à la consommation? Quels sont les points de vigilance ? Petit rappel aux emprunteurs.

Le choix du crédit : les différents types de crédit à la consommation

Le crédit à la consommation est une opération par laquelle un établissement de crédit met à la disposition d’un client une somme d’argent pour le financement de biens ou de services à usage non professionnel, à l’exception des financements des opérations de crédit immobilier.

Les principaux types de crédit à la consommation sont les suivants :

Le prêt personnel : il s'agit d'un prêt amortissable pour lequel l'emprunteur n'a pas à justifier de l'utilisation des fonds. La somme prêtée est débloquée en une seule fois et vous en disposez comme bon vous semble. Elle est remboursable via des mensualités fixes, sur une durée et selon un taux d'intérêt fixés au départ dans un tableau d'amortissement. Ce type de prêt est particulièrement adapté pour financer des projets (voyage, vacances, mariage…) ou de grosses dépenses (réparation de voiture, remplacement d'une chaudière…).

Le prêt affecté : ce prêt, amortissable également, est lié à l'achat d'un bien mobilier (par exemple une voiture) ou d'une prestation déterminée. L'emprunteur est protégé en cas de manquement de la part du vendeur (défectuosité de l'objet acheté, non-respect des délais) : tant que le produit ou le service n'est pas livré, le remboursement des mensualités n'est pas exigible. Et si l'achat ne se fait pas, l'annulation du contrat de crédit est automatique.

Le crédit renouvelable : l'établissement de crédit met ici à la disposition du client une somme d'argent moyennant intérêts et frais sur la partie utilisée. Cette somme se renouvelle au fur et à mesure des remboursements du capital. Elle peut être remboursée à tout moment, en totalité ou en partie. Le crédit peut prendre notamment la forme d’une « ligne de crédit », autrement dit d’une autorisation de découvert sur votre compte bancaire. Il peut aussi être adossé à une carte spéciale, émise par une grande enseigne de distribution. Le crédit renouvelable est parfois désigné sous les termes "crédit permanent", "réserve d’argent" ou "crédit revolving", mais la loi Lagarde a imposé l'appellation unique "crédit renouvelable".

La location avec option d'achat (LOA), également appelée location avec promesse de vente, crédit-bail ou leasing, permet au consommateur de louer un véhicule ou un autre bien d'équipement et de pouvoir, à la fin du contrat de location s'il le souhaite, acheter le bien qu'il a loué pour une valeur résiduelle.

La période précontractuelle : une information préalable indispensable

Depuis 2010, les formalités visant à garantir l'information préalable de l'emprunteur ont été renforcées de manière à sécuriser l'entrée dans le crédit. Avant la souscription, le prêteur doit désormais remettre à l'emprunteur, par écrit ou sur un support durable, une fiche d’information précontractuelle distincte de l'offre de crédit proprement dite.

Cette fiche a pour objet :

  • de déterminer si le crédit est adapté à vos besoins et à votre situation financière ;
  • de vous informer sur l'étendue de votre engagement ;
  • de vous permettre de comparer les offres entre elles.

Elle doit comporter les mentions suivantes :

  • l’identité et l'adresse du prêteur ;
  • le type de crédit (personnel, affecté, renouvelable...) ;
  • le montant total du crédit et les conditions de mise à disposition des fonds ;
  • la durée du contrat de crédit, le nombre et la périodicité des échéances ;
  • le montant total dû par l’emprunteur;
  • le coût total des frais ;
  • le taux annuel effectif global (TAEG), sauf en cas de location avec option d'achat, à l'aide d'un exemple représentatif mentionnant toutes les hypothèses utilisées pour le calcul de ce taux ;
  • l’existence du droit de rétractation ;
  • les indemnités dues en cas de retard de paiement ;
  • les articles du code de la consommation sur la durée de validité de l'offre et sur le délai minimal de réflexion ;
  • le droit de l'emprunteur d'obtenir, sur demande et sans frais, un exemplaire de l'offre de contrat de crédit ;
  • dans le cas d'un crédit affecté, le bien ou la prestation de services financé.

Si votre banquier ou l'établissement de crédit impose ou vous propose de souscrire une assurance de prêt, la fiche doit mentionner également le coût standard de l'assurance (à l'aide d'un exemple chiffré exprimé en euros et par mois) et préciser que vous pouvez également souscrire, auprès de l’assureur de votre choix, une assurance équivalente.

En cas de conclusion du crédit sur le lieu de vente ou à distance, une fiche d’information supplémentaire ou "fiche de dialogue" doit vous être remise. Elle mentionne vos ressources et vos charges (dont les prêts en cours), et doit être appuyée, au-delà de 3.000 euros, par des pièces justificatives.

Plus globalement, l'établissement prêteur est ici tenu à un devoir d'explication et d'obligation de vérification préalable de la solvabilité de l'emprunteur. Avant d'accorder un crédit, il peut vous réclamer des justificatifs (de domicile, de revenu ou d'identité) et doit obligatoirement consulter le fichier FICP, qui recense les incidents de remboursement sur les crédits aux particuliers.

L'offre de crédit : lisez, réfléchissez, signez

L'offre de crédit est remise à l'emprunteur en même temps que la fiche d'information précontractuelle, soit à l'issue de l'entretien préalable d'information, soit par courrier. Le prêteur doit maintenir les conditions de cette offre pendant une durée minimale de 15 jours appelée délai de réflexion. Concrètement, vous disposez donc de 15 jours pour accepter et retourner signée l'offre de crédit. C'est le moment de demander des devis et d'étudier les propositions concurrentes.

Comme la fiche d'information précontractuelle, l'offre de crédit doit comporter, de façon claire et lisible, un certain nombre d'informations précises. Les caractéristiques essentielles du crédit doivent impérativement apparaître désormais, "en caractères plus apparents que le reste du contrat", dans un encadré figurant en tête de l'offre de crédit. Cet encadré censé faciliter la comparaison des offres mentionne notamment le type de crédit, la durée du contrat, le montant, le nombre et la périodicité des échéances, le TAEG (qui tient compte du taux d'intérêt, mais aussi des frais de dossier ou d'assurance), ou encore le montant total dû par l'emprunteur. L'offre doit aussi préciser les modalités et les conditions de remboursement par anticipation ainsi que les modalités et les conditions de résiliation.

Prenez le temps de lire attentivement l'offre de crédit. Une fois signée, celle-ci se transforme en contrat de crédit et commence à produire ses effets au bout de 7 jours. Vous regrettez votre décision ? Pas de panique, vous pouvez encore vous rétracter...

Le délai de rétractation : vous pouvez changer d'avis

Le délai de rétractation court à partir de la signature, la date retenue étant celle inscrite au contrat. Pendant une période 14 jours calendaires révolus, vous pouvez donc revenir sur votre engagement. Un bordereau détachable de rétractation doit être joint au contrat de crédit. Pour vous rétracter, il vous suffit de le renvoyer, daté et signé, par lettre recommandée avec accusé de réception, à l'adresse indiquée au verso, au plus tard le dernier jour du délai de rétractation. Vous n'avez pas à justifier la raison de votre décision.

A noter que dans le cas d'un crédit affecté, le délai de rétractation peut être réduit dans certaines conditions, en particulier si la livraison du bien est immédiate.

Pour assurer l'efficacité du délai de rétractation, les fonds ne peuvent être mis à votre disposition qu'après un délai de 7 jours à compter de l'acceptation du contrat. Pendant cette période, aucun paiement ne doit être effectué par l'emprunteur ou par le prêteur. Sachez que si vous vous rétractez après la mise à disposition des fonds (c'est-à-dire entre le 8e et le 14e jour suivant la signature), vous devrez rembourser au prêteur le capital versé, plus les intérêts cumulés sur ce capital entre la date du versement et celle du remboursement. En revanche, vous n'aurez pas à payer d'indemnités.

Le remboursement : vous devez tenir votre engagement

"Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager". La mention, désormais obligatoire dans toute publicité portant sur un crédit peut paraître à beaucoup superflue ; elle n'en reste pas moins pertinente.

Tout au long de la vie du crédit, le prêteur doit vous informer, au moins une fois par an, sur le montant du capital restant à rembourser.

Pour le crédit renouvelable, cette information doit être mensuelle et plus complète. Depuis la réforme de 2010, chaque échéance de crédit renouvelable comprend obligatoirement un plancher de remboursement minimal du capital restant dû. Une mesure censée permettre d'éviter les mensualités très faibles allongeant la durée du crédit et alourdissant la charge des intérêts, autrement dit les "crédits sans fin" qui souvent conduisent au surendettement. En fonction du montant utilisé, des durées maximales de remboursement sont également fixées.

Il vous est bien sûr possible de rembourser par anticipation, en partie ou en totalité, votre crédit à la consommation. Avant 2010, ce remboursement était gratuit (contrairement au crédit immobilier). Depuis, à l'exception des crédits renouvelables, le prêteur peut réclamer une indemnité de remboursement anticipé (IRA) au-delà d'un seuil de remboursement. Cette indemnité est toutefois plafonnée, dans les conditions fixées par l'article L. 311-22 du code de la consommation.

En cas de difficultés de remboursement, la règlementation exige que vous soyez averti, dès le premier incident de paiement, des risques que vous encourrez. En cas de défaillance de votre part, le prêteur peut en effet exiger le remboursement immédiat du capital restant dû, majoré des intérêts échus mais non payés. Il peut également vous réclamer une indemnité pour couvrir le préjudice subi. N'attendez pas que la situation devienne insurmontable pour contacter votre banquier. Dans bien des cas, il pourra vous accorder un report d'échéances (au maximum 2 fois par an) ou une modulation des mensualités.

D'autres moyens d'obtenir un prêt

Il existe des "banquiers" auxquels vous n'avez peut-être pas pensé.

Mettre ses objets en gage au Crédit Municipal

Crédit municipal

Recourir à un prêt sur gage et ne pas se défaire définitivement de ses objets n'est pas toujours le premier réflexe que l'on a lorsque ce type de problème financier survient.

Ce bon plan permet de bénéficier sur le champ, par chèque ou en argent liquide, de la somme correspondante à un dépôt d'objet de valeur.

Les gages acceptés sont les objets qui peuvent être mis en vente aux enchères publiques. La liste comprend tout ce qui est verrerie, bijou, montre, mobilier, argenterie, tapis, sculpture ou encore tableau.

Pour déterminer le montant du prêt, le prêteur sur gage se réfère à la valeur appliquée sur le marché des enchères publiques.

Pour pouvoir bénéficier de cette solution, vous devez vous munir d'un justificatif de domicile et d'une pièce d'identité. Le service de prêt sur gage est disponible chez le Crédit Municipal de France. L'étude du dossier et l'acceptation du prêt prend à peu près 1 heure. Cette durée varie suivant la queue. La file est toutefois moins longue le matin.

Ce sont les commissaires-priseurs qui se chargent de l'appréciation de l'objet. La valeur dépend de l'estimation que ces derniers donnent à l'article. Généralement, le prêt correspond au minimum à la moitié de la valeur que l'objet représente sur le marché.

Si jamais le prêt n'est pas accordé, les objets vous sont rendus. Dans le cas contraire, vous disposez d'une année pour les récupérer et payer le prêt ainsi que les intérêts s'y rapportant. Vous pouvez aussi rembourser le prêt intégralement ou en partie avant cette échéance et reprendre vos objets plus tôt. Il suffit de vous munir d'une pièce d'identité et du contrat. Si ce délai est dépassé, le remboursement est renouvelé pour un an mais avant, les intérêts doivent être payés en totalité. Au cas où ni les intérêts, ni le capital ne sont remboursés, les objets sont vendus aux enchères. Le montant qui dépasse vous sera remis.

Retrouvez les Caisses de Crédit Municipal de votre région.

Prêt d'honneur

Les allocataires de la CAF et les étudiants à la recherche d'argent, sans garantie et sans apport, peuvent demander un prêt d'honneur à taux d'intérêt de 0%. Le prêt d'honneur pour les bénéficiaires de la CAF est spécialement dédié à toutes les familles qui présentent des difficultés financières. Les conditions requises pour en tirer parti reposent sur le nombre d'enfant à charge ainsi que sur l'acquisition des prestations familiales.

Voir sur le site de la Caf.

Prêt étudiant à taux zéro

Les étudiants qui souhaitent un prêt, quant à eux, peuvent effectuer leur demande auprès de la plupart des banques. Pour en bénéficier, ils doivent être âgés de moins de 28 ans. L'étudiant peut rembourser le prêt durant 2 ans après la date du diplôme convoité.

Demander à son employeur

Vous pouvez demander, tous les quinze jours, un acompte égal à la moitié de votre salaire mensuel. C'est un droit. Vous pouvez également solliciter une avance, mais, là, votre patron peut s'y opposer. Autre option à envisager, l'épargne salariale. Vous pouvez retirer de votre plan les sommes détenues depuis plus de cinq ans, ou réaliser un déblocage anticipé, si votre situation vous l'autorise (naissance, mariage, divorce, licenciement, départ à la retraite...).

Avance sur assurance-vie

Si vous détenez un contrat d'assurance-vie, il est possible de demander à votre compagnie une "avance" (en réalité, il s'agit d'un prêt) pouvant représenter jusqu'à 70 ou 80 % de l'épargne investie.

Les proches

Une valeur sûre en cas de fin de mois difficile. Pour de petites sommes, aucune formalité n'est requise. À partir de 1500 €, en revanche, la signature d'une reconnaissance de dette est obligatoire, mais pas le recours à un notaire.

Lexique

Amortissement :
Remboursement du capital emprunté, prévu en une ou plusieurs fois. En principe, il constitue une partie de la mensualité, mais selon les contrats, il peut être remboursé en une seule fois en fin de contrat.

Modulation des mensualités :
Possibilité de modifier le montant des mensualités à la hausse ou à la baisse. Elle permet d'utiliser une rentrée d'argent inattendue ou de faire face à des difficultés de trésorerie.


Lectures recommandées sur le même thème :

Crédit sans les banques

Renégocier son crédit immobilier

Simulation de rachat de crédit

Emprunter grâce à la garantie participative


Partager :